La chouette hulotte hulule

Chouette hulotte

Hulotte Venez me voir !

Anecdote : Cette photo a été prise à l'École Normale d'Alençon dans les années 1980. Une chouette, peut-être celle-ci, avait réussi à entrer, pendant les vacances de Noël, dans le laboratoire de Biologie par une bouche d'aération ; mais n'avait pas su trouver la sortie. Le jour de la rentrée, le laboratoire était un vrai capharnaüm : verrerie cassée, documents éparpillés au sol... Et voici le plus drôle : dépitée, elle s'était posée sur un meuble, juste à côté d'une de ses congénaires... empaillée ! C'est là que je l'ai trouvée en rentrant de vacances. NB : La naturalisation des rapaces est heureusement interdite depuis 1976. Dans le laboratoire, ce rapace a été naturalisé bien avant la loi de 1976.

"La hulotte aime stationner toute la journée dans un abri plus ou moins sombre où elle somnole, les yeux clos et la face contractée... Elle occupe volontiers une cavité d'un arbre, d'un mur..." (Paul GEROUDET, Les rapaces diurnes et nocturnes d'Europe, Delachaux et Niestlé,1979, p.389).

Divertissement étymologique

Hulotte - hululer - hululement - huer - huées - urler : Dire que la chouette hulotte hulule est un pléonasme : la chouette hulotte est un oiseau qui hue comme le chat huant, qui est, lui, un hibou. Le laboureur huant fait avancer son cheval. Le cheval comprend au moins deux mots, hue et dia. Par ces interjections, il comprend, même sans urler, qu'il doit tourner à droite ou à gauche. Les huées étaient à l'origine des cris pour lever le gibier, elles sont aujourd'hui des cris de dérision.
Chouette : L'étymologie voudrait que son doux plumage donne envie de choyer* la coquette* chouette*. Il faut chouchouter* la chouette qui mange nos vilains petits rongeurs, sinon nous serons "dans les choux". Tous ces mots* viendraient de l'ancien français "chouer" qui veut dire choyer et de son diminutif "choueter" qui veut dire caresser ou encore de "choeter" qui veut dire faire le coquet. Ma coquette (légère) femme est vraiment chouette ! Oui mon chou, oui ma choute ! Rien à voir ici avec une crucifère à part la phonétique. Aussi, il est rare d'entendre "oui ma crucifère chérie", sauf peut-être chez les botanistes.

Toutes les pages sur les oiseaux