Le télégraphe de Chappe

Transmission d'un signal - exemple n°51

Le toit du télégraphe aérien de Chappe affichait un régulateur (en noir) et deux indicateurs (en rouge), tous mobiles. Le régulateur avait 4 positions possibles, mais seules les positions horizontale et verticale servaient au codage des messages (correspondance). L'oblique droite dans l'exemple ci-dessous servait de transition entre deux signaux de correspondance. L'oblique gauche indiquait l'envoi iminent d'un signal réservé au service. Chaque indicateur avait 7 positions. Il y avait donc 2 x 7 x 7 positions utilisées ; soit 98 figures dont 92 correspondaient à un numéro (ici n°51), les 6 autres étaient réservées au sercice. Il fallait deux figures (donc 2 numéros) pour coder un mot ou une expression (ex 51 39 = drame). Il y avait donc 92 x 92 mots ou expressions possibles.

Canvas n'est pas compatible avec votre navigateur - Your browser does not support HTML5 canvas
Si cette page s'affiche mal, Télégraphe aérien.

| | |

Le stationnaire qui venait d'exécuter un signal devait bien sûr attendre que le stationnaire situé en aval l'ait bien reproduit avant d'exécuter le suivant.

Liens externes :
Consulter le tableau des signaux | Télégraphes restaurés de Bailly et St-Marcan | Codage et décodage des messages | Télégraphe Chappe - codage

Signaux particuliers

Signal indiquant une erreur (les 2 indicateurs à la verticale vers le haut = le stationnaire lève les bras au ciel) :

|__|

Signal indiquant la fin de la transmission, équivalent du point (les 2 indicateurs vers le bas = le stationnaire baisse les bras) :

 __
 |  |
Signal de service indiquant le repos du stationnaire (régulateur vertical et indicateurs repliés) :

|
|