Le Hanneton

Melolontha melolontha
Je soumets à la sagacité des internautes ces 2 textes contemporains montrant le problème de la prolifération des hannetons à la fin du 19e siècle.

Louis FIGUIER, L'année scientifique, 1888

"On a eu dans le département de la Mayenne l'excellente idée de tirer parti des loisirs des enfants des écoles pour détruire les hannetons. Un rapport sur le hannetage (c'est le terme consacré), adressé par l'Inspecteur primaire d'Ernée (Mayenne) à l'Inspecteur d'Académie de la circonscription, fait comprendre quelle importante économie on pourrait atteindre par ce moyen.
Dès l'apparition des hannnetons dans le pays, les élèves de l'école d'Ernée ont été divisés en petites sections, de 5 ou 6. Chaque section était munie de sacs et de toiles d'emballage. Arrivés sur les points envahis par les hannetons, les sections se répandaient le long des haies, étendaient des toiles sous les arbres ou les arbustes, et secouaient les branches, pour faire tomber les hannnetons qui étaient ensuite recueillis dans les sacs. Cette chasse se faisait le matin.
Au retour à l'école, les hannetons étaient pesés, puis placés dans un lait de chaux ou dans une dissolution de sulfate de fer, et finalement enterrés dans des fosses que l'on recouvrait de chaux éteinte.
Les élèves de la circonscription d'Ernée ont détruit pendant cette campagne 53 459,960 kg de hannetons. Le kg comprenant environs 1200 insecte, le nombre des hannetons détruits peut être évalué à 64 151 952. En admettant que, sur le nombre des hannetons détruits, il y ait autant des femelles que de mâles et que chaque femelle ponde en moyenne 40 oeufs, on arrive à reconnaître que les femelles détruites auraient donné naissance à 1 283 039 040 vers blancs (...)
On peut admettre que chacun de ces insectes occasionne pendant les 3 années de son existence, une perte d'un centime : les écoliers d'Ernée auraient donc préservé l'agriculture d'une perte de 12 000 000 de francs pour ces 3 années.
La somme totale distribuée aux élèves a été de 5493 francs."

hanneton adulte et larve
Longueur = 2 à 3 cm.

Émile DEYROLLE, Musée scolaire pour les leçons de choses, Les trois règnes de la nature, Paris : Deyrolle, décembre 1880, p.125.

Le hanneton est bien certainement un des insectes les plus nuisibles que l'on connaisse ; à l'état parfait, il dévore les forêts ; à l'état de larve, il mange les racines des moissons. Les larves que l'on nomme vers blancs ou mans, éclosent environ 6 semaines après que les oeufs ont été pondus par les hannetons sur la terre. Elles y entrent aussitôt pour grossir et vivre là 3 ans avant de se métamorphoser. Elles cheminent près de la surface et mangent toutes les racines qu'elles peuvent rencontrer, ce qui fait mourir les plantes. Dès que le froid se fait sentir, les vers blancs s'enfoncent profondément dans le sol et s'engourdissent jusqu'au printemps suivant. Dès que celui-ci arrive, ils remontent de quelques décimètres vers la surface et recommencent pendant une année entière leurs ravages.
C'est alors que les vers blancs sentent approcher le moment de leur métamorphose. Ils s'enfoncent de nouveau dans la terre, plus profondément que la première fois, quelquefois à plus d'un mètre. Là, ils creusent une petite chambre ovoïde dont les parois sont bien lisses. Alors a lieu leur métamorphose : le ver blanc devient une nymphe molle, blanchâtre, sur laquelle on distingue déjà les formes de l'insecte parfait.Cette nymphe prend peu à peu de la consistance et se colore en brun. Elle reste ainsi pendant tout l'hiver.
Quand arrive le mois de février, la seconde métamorphose a lieu, la nymphe se transforme en hanneton, mais il est alors tout mou et jaunâtre ; ce n'est que peu à peu qu'il devient dur et se colore. Vers le mois de mars ou d'avril, selon qu'il fait plus ou moins chaud, le hanneton se rapproche de la surface du sol d'où il sort dans les premiers jours de mai, quand il y a des feuilles ; alors il commence une autre série de ravages ; il envahit les arbres sur lesquels il dort pendant la journée, mais à la chute du jour, il s'envole et commence à dévorer les feuilles. En moins de 15 jours, les hannetons ont quelquefois dépuillé des forêts entières de tout leur feuillage. Puis la femelle pond : pour cela elle abandonne les arbres ; avec ses pattes, qui sont dentelées, elle creuse une petite fosse et y dépose ses oeufs, au nombre de 50 à 80... ensuite elle meurt, et c'est 3 ans après qu'on reverra les hannetons sortis de ses oeufs ; c'est pour cela que les années à hannetons reviennent ordinairement après des périodes régulières de 3 ans.
À l'état parfait, il n'y a qu'un moyen de détruire les hannetons, c'est d'en ramasser le plus qu'on peut, et les mairies doivent les payer le plus cher possible (...). On devra les payer très chers dans les premiers jours où ils apparaissent, diminuer ensuite le prix. La raison en est que dans les premiers jours ils n'ont pas encore pondu ; c'est par conséquent tout bénéfice ; au lieu qu'il ne sert pas à grand chose de ramasser à la fin de la saison des hannetons qui ont déjà déposé dans la terre 50 ou 60 oeufs (...).

La destruction des hannetons 1892

HannetonJ'ai trouvé ce hanneton le 26 juillet près d'Alençon Orne. Ce n'est pas le Hanneton commun. Est-ce Amphimallon solsticialis ou Hanneton de la Saint-Jean ? Cette espèce est considérée comme très commune en Europe et mesure environ 15 mm de long. Si vous connaissez cette espèce, merci de confirmer ou non mon identification.

"L'opposition tranchée entre animaux utiles et nuisibles semble relever d'un anthropocentrisme à courte vue et témoigner de l'ignorance flagrante de la complexité des réseaux alimentaires." (J.-M. DROUIN, Réinventer la nature, Paris : Desclée de Bouwer, 1991, p.24)