Crepidules

Les crépidules ou crepidula fornicata

Les crépidules sont des gastéropodes d'origine américaine. Elles sont arrivées, d'abord en Angleterre sur le dos d'huîtres de Virginie. Ensuite, elles ont fait du bateau-stop en juin 1944. Elles ont la particularité de se fixer sur n'importe-quoi ou n'importe-qui, comme le montre la photo. Leur hermaphrodisme bien connu est de type successif : leur sexe est d'abord mâle puis femelle. On les a longtemps méprisées du fait de leur caractère envahissant, mais récemment, des chefs cuisiniers les ont déclarées comestibles (Ouest-France, le 08-10-2008). Voir aussi l'exploitation de la crépidule en Bretagne

On en fait aussi des amendements (calcaires) pour les sols agricoles bretons (acides) avec leur coquille écrasée.

La crépidule fornique, extrait de Le monde magazine du 15 juin 2013 p.90 :
"Elle ne pense qu'à ça et ne s'en cache pas. Lorqu'on s'appelle Crepidula et qu'on prend comme petit nom fornicata, c'est bien la preuve qu'on a le vice dans la peau… Même si l'IFREMER modère son appréciation sur l'intensité de sa vie sexuelle, la crépidule fornique grave et les preuves abondent sur le littoral breton, notamment en baie de Cancale, où sa progéniture encombre. Quant à son rythme et à sa méthode de reproduction, ils renvoient la meilleure des lapines au rayon des gagne-petit.
Bien qu'écrivant à une heure de grande écoute, je vous dois la vérité. Les crépidules circulent en bandes collées les unes aux autres, se livrant sans vergogne à l'hermaphrodisme successif. C'est simple comme bonjour : la femelle se met en dessous. Un mâle passe au-dessus et la féconde. Lorsqu'un autre arrivant passe dessus, le mâle peut changer de sexe et être alors fécondé. Et ca n'en finit pas… Résultat, des millions de tonnes de coquillages trainent sur les plages et squattent les fonds marins peu profonds, au risque de parasiter ou de déloger les gisements d'huîtres et coquilles Saint-Jacques..."