loup

Les forêts ornaises dans les cahiers de doléances

Extraits des cahiers de doléances, 1789 (Archives de l'Orne) (complaints books)

Livaye:

"Autrefois la forest nous estoit une ressource et presqu'un dédommagement de ces brouillards, du mauvais air qu'elle attire et de l'incursion du gros gibier dont elle est peuplée ; elle servait de pâturage à nos bestiaux....
Aujourd'hui cette mesme forest nous est interdite ; nous n'en éprouvons que le dommage sans aucuns avantages..."

La Roche Mabile :

"...Qu'il y a des paroisses, situées sous la forest dont le soleil est très mauvais et peu fertile, dont l'amélioration est très difficile... et qui sont d'ailleurs exposées aux ravages des loups et autres bestes sauvages qui forcent les paroissiens à coucher dans leurs champs pour défendre leurs grains."

Saint-Clair-de-Halouze :

"Le voisinage de la forest de Halouze porte un préjudice notable à cette paroisse. Les lapins, les renards, les loups, les buses, les cerfs, les sangliers en descendent chaque nuit et jour pour porter le dégât et la désolation dans les champs. Le cultivateur pour sauver une partie de ses récoltes est forcé de coucher dehors pendant 8 à 9 mois chaque année, le temps de la pleine saison des blés...les dégâts que ne font pas leurs dents, leurs pieds le font à double."

Saint-Didier-Sous-Ecouves :

"Les bestes sauvages, les sangliers sortent des forests, dévastent nos levées et ruinent nos récoltes... Depuis la Pentecôte jusqu'aux approches de la Toussaint nous sommes contraints de quitter nos lits et de coucher à la belle étoile pour défendre notre pain que ces animaux désastreux dévoreraient en une nuit.
Nous nous sommes déjà plaints que nous étions voisins de la forest et que son voisinage nous causait des pertes et dommages considérables... par les bestes sauvages qui dévastent nos levées, nous avons encore en sus, à nous plaindre qu'on nous a fait perdre les usages que nous avions autrefois d'y conduire nos bestiaux, d'y prendre les bois nécessaires...On ne nous permet plus d'y couper quelques houx pour nos clôtures et quelques bruyères pour faire de la litière..."

Tanville :

"Les bestes sauvages de la forest endommagent chaque année et dévastent au moins un quart des grains ensemencés. Depuis que la forest n'appartient plus au Roy mais à Mr Frère de Sa Majesté, les habitants ont été chassés de la forest et privés des pâturages... Puissent ces malheureux habitants obtenir cette permission de conduire leurs bestiaux dans les forests."