Géologie de la Ferrière-Bochard

Ferrière-Bochard

Souris
En rouge le granite de St-Pierre- des-Nids.
En vert les sables du Maine (Crétacé), riches en fer.

Maison de La Ferrière-Bochard

Maison de la Ferrière-Bochard construite avec du minerai de fer...

Ferriere

Ce minerai de fer est un sable d'âge Secondaire, plus précisément Crétacé - Cénomanien. Il a été exploité, il y a bien longtemps, par des excavations, donc depuis la surface (minières des Rougets et des Jarriats). Ce minerai alimentait la forge de St-Denis-sur-Sarthon.

Cette formation sableuse (ici en vert) serait plus étendue si la Sarthe et le Sarthon n'avaient creusé leur lit dedans. En couche horizontale, elle repose indifféremment sur le granite de St-Pierre-des-Nids (en rouge) et sur le synclinal primaire de St-Léonard-des-Bois (marron et rose).

Minerai de fer

"Le service géologique régional de Basse-Normandie du BRGM a procédé en janvier 2003, à une étude de terrain sur trois sites de la Ferrière-Bochard. Une trentaine de puits ont été comptabilisés. Il s'agit de zones d'extraction de fer par puits verticaux... dans un sable consolidé jaune orangé... Exploités en 1850, ces puits auraient été simplement recouverts de terre sur un lacis de bois sans rebouchage complet ; plusieurs effondrements... ce sont produits depuis une dizaine d'années." ... Ainsi en juillet 2007, un grand trou a été constaté sur la RD 350 à la Chauvelière. Extrait de Orne-Hébdo - 10-07-2007, p.11.
Autre carte de La Ferrière-Bochard
La Ferrière-Bochardportail : Carte géologique de La Ferrière-Bochard

Exploitation ancienne de l'argile : DESPIERRES G., Histoire de la faïence de Saint-Denis-sur-Sarthon, Imp. Herpin, 1889, p.7 et 24 : L'argile des Jarrias et le minerai de fer cénomanien alimentaient respectivement la faïencerie et la forge de Saint-Denis-sur-Sarthon : "Saint-Denis-sur-Sarthon acquit autrefois une certaine importance que l'on doit attribuer à deux branches de l'industrie en rapport avec la nature du sol… Dans les terrains qui l'environnent se trouvaient en abondance le fer et l'argile ; aussi de grosses forges y furent-elles établies dès le XVIe siècle ; … en 1750, il s'élevait dans Saint-Denis même une manufacture de faïence. Le gisement d'argile se trouve au bois des Jarrias (NDLR : à la Ferrière-Bochard). On en faisait l'exploitation dans la partie qui porte le nom de Queue-du-bois, située au bord du chemin qui conduit de Saint-Denis à La Ferrière et à deux kilomètres de la manufacture. C'est à peu près à un mètre de profondeur que l'on découvre la couche argileuse dont l'épaisseur varie de deux à trois mètres. Elle est exempte de pierres et de sable… La grande quantité d'oxydes de fer qu'elle contient lui donne sa couleur ocreuse…"
Il y avait d'autres gisements d'argile à la Ferrière : "Ces gisements se trouvent entre La Ferrière et Saint-Cénery, près du village de la Rousselière, vers l'extrémité du bois de la Garenne et sont distants de cinq à six kilomètres de Saint-Denis."