La moule - ou mulette - perlière

Margaritifera margaritifera

Le texte qui suit montre que les moules perlières d'eau douce étaient jadis très abondantes, tout au moins près de Gerardmer dans les Vosges.

Texte extrait de Mme de FLESSELLES, Les jeunes voyageurs en France, histoire amusante, Paris : Blanchard, 1822, p.27, Tome 4e : La "vologne renferme une des richesses de l'orient, la perle ; des moules longues de quatre pouces y sont enfoncées, en assez grand quantitté, dans la vase, jusqu'à la moitié de leur longueur ; il y a des endroits de la rivière où elles abondent tellement, que tut le fond en est couvert comme d'un pavé noir ; mais parmi cette quantité, il en est très peu qui remplissent l'espérance des pêcheurs. Les moules qui contiennent des perles ont à leur surface une petite convexité qui en est le signe certain ; les perles de la grosseur d'un pois, et d'une belle eau, sont très rares ; celles qu'on trouve le plus communément sont petites, et de couleur brune."

NB : Aujourd'hui, l'espèce est devenue rare à cause de la raréfaction du saumon, de la pollution et des prélèvements excessifs par ceux qui espèrent trouver des perles. Cette espèce est en danger de disparition.