Canicules et climatiseurs

Ombrières photovoltaïque MontélimarCi-contre, une ombrière photovoltaïque sur un parking à Montélimar. Ce jour-là, en l'occurence, elle protégeait de la pluie.

Problématique

Nous le savons, mais feignons de l’ignorer, les climatiseurs consomment de l’énergie et, contre toute attente, produisent plus de calories que de frigories (rendement toujours inférieur à 100%). Une voiture climatisée consomme un demi-litre de plus (1). Les climatiseurs prennent la chaleur du dedans pour la mettre dehors (Pensez à la grille chaude qui est derrière votre frigo). Je suis « enclin » à croire qu’il en sera vendu de plus en plus. Et ceci pour deux raisons : le climat va se réchauffer et la population occidentale vieillir ; les vieux étant plus sensibles à la chaleur que les jeunes. Les climatiseurs vont donc contribuer à accentuer l’effet de serre. Vous l’avez compris, avec les climatiseurs nous activons un feed-back positif, donc catastrophique : Plus de chaleur —> Plus de climatiseurs —> Plus de chaleur. Arrêtons la spirale.

Alors que faire ?

« La » solution c’est l’arbre. Plantons des arbres le long des routes, protégés par des glissières… en bois et éteignons la clim ! Réduisons les surfaces de goudron, qui, du fait de leur noirceur, captent les ondes infra-rouges et donc réchauffent l’atmosphère.
J’ai vu des particuliers remplacer leurs arbres par des parasols ! Une grande partie de la solution se trouve donc dans le végétal.
Il existe un moyen de végétaliser les parkings, ce sont les "revêtements alvéolaires" où l’herbe pousse dans les trous laissés par les alvéoles en plastique ou en béton. Il y aura ainsi moins de réchauffement au sol et aussi moins de ruissellement en cas de fortes pluies.
Mais il y a aussi les "ombrières photovoltaïques". Cette expression se comprend d’elle même : il s’agit de couvrir les parkings de super-marchés par des panneaux solaires qui produisent de l’électricité (en remplacement des centrales thermiques à effet de serre) et qui en plus mettent les voitures à l’ombre, dissuadant ainsi leurs passagers d’utiliser la clim. C’est gagnant-gagnant, comme on dit.

Divertissement étymologique à lire sous un arbre

Alain Rey, dans son « Dictionnaire Historique de la Langue Française », nous apprend que climat vient du latin clima qui signifie inclinaison du ciel ; lui même vient du grec Κλινω (klino) qui veut dire incliner. On comprend que le climat c’est ce qui change en fonction des saisons.
Climat a pris un sens dérivé pour désigner une ambiance sociale. Par exemple : « Il règne un bon climat dans cette assemblée où l’atmosphère était sereine ». Ou encore : “Il règne un bon climat entre les écologistes et les économistes”. Les experts en rhétorique me diront s’il s’agit d’une métonymie ou d’une métaphore.
La canicule ou temps de chien ? La canicule n’a rien à voir avec les canidés ! La canicule arrive en même temps que la « Constellation du Chien ». Encore une histoire de saison.
Si les humains avaient une plus grande « inclination » pour les arbres, le « climat » s’en trouverait amélioré. Je suis « enclin » à le penser.

Un helléniste m'a expliqué pourquoi le n de incliner et le ν (nu grec) de Κλινω (klino) sont devenus le m de climat et le μ (mu grec) de κλίμα (klima) : "Pourquoi le ν de κλίνω s’est-il transformé en μ ? C’est assez simple, le μ ne fait pas partie du radical. Mα est un suffixe servant à créer des noms neutres, On a pareillement γράφω, « j’écris », qui donne γράμμα, la lettre... etc."

Ne forcez pas trop sur la clim, pour votre santé, celle de votre porte-monnaie et celle de la planète.

(1) NB : Ouvrir les vitres de la voiture n’est pas une bonne solution, car cela réduit l’aérodynamisme, ce qui fait que la voiture consommera encore plus que la clim.