Discordance Roche-Blain

14 Le Calvados (Caen)

Calcaire sous Caen

Quarry under the city of Caen
Carrières sous la ville de Caen
Fossil house in Normandy : Lion-sur-Mer
Fossilized forest (in Normandy)

Tranchée du Hom

Textes anciens en bas de page | Ci-dessous, lieux dans l'ordre alphabétique
Essentiellement occupé, en son centre, par les plaines jurassiques : Bessin (argiles) et campagne de Caen (calcaire).
À l'W, le Massif Armoricain, dans la région de Vire, région de bocage et d'élevage.
Au S, la Suisse Normande (Clécy),
À l'E, le Pays d'Auge (argile à silex, élevage).
Amblie : Une carrière exploitant la pierre de Creully.
Asnelles - Ver-sur-mer et Meuvaines : Forêt fossile quaternaire (Holocène) de Quintefeuille visible à marée basse (diaporama).
Aucrais : carrière de part et d'autre de la N 158 entre Falaise et Caen a servi de castine pour les hauts-fourneaux de Mondeville. Vue aérienne avec Géoportail-2D
Bretteville-le-Rabet : Exploitation néolithique et souterraine du silex.
Bavent : marnes calloviennes tuilerie
Caen : Extraction historique de calcaires bathoniens sous la ville (ci-contre).
Cintheaux : exploitation actuelle de la pierre de Caen dans la Carrière souterraine de Cintheaux
Caumont-l'Éventé : Ardoisière souterraine abandonnée (se visite).
Cap Romain (Bernières-sur-mer) : Réserve naturelle Géologique de Cap Romain (lien externe)
Falaise (ville) : synclinal primaire et couverture secondaire.
Fresney-le-puceux : Discordance du Lias sur le Briovérien dans la carrière de La Roche Blain (photo en haut de page) - Carrière en vue aérienne.
Houlgate : Falaise des Vaches Noires, site fossilifère protégé (Oxfordien).
Jacob-Mesnil : Discordance cambrien / Précambrien, visible à Jacob-Mesnil entre Laize-la-Ville et Bretteville-sur-Laize.
Le Molay-Littry : Mine de charbon désaffectée et musée à Le Molay-Littry (au Nord de la forêt de Cerisy et à l'Ouest de Bayeux).
Lion-sur-Mer : Confessionnaux, atoll et Maison du fossile (lien externe).
Longues-sur-Mer : Demoiselle de Fontenailles
May-sur-Orne : Stockage souterrain d'hydrocarbures dans les anciennes mines de fer de May-sur-Orne (gisement découvert en 1885 et abandonné en 1968) - Discordance de May-sur-Orne.
Orbiquet : Sources de l'Orbiquet (La Folletière, Pays d'Auge)
Perrières (synclinal hercynien caché).
Port-en-Bessin et Ste-Honorine : Résurgence et Faille des Hachettes (animation Flash).
earth La perte de l'Aure au sud de Port-en-Bessin avec Google earth, saisir 49°19'30.09" -0°45'46.84"
Ranville: Carrière de Ranville
St-Aubin-sur-Mer : Récif d'âge secondaire sur la falaise du Cap-Romain (Réserve Naturelle Géologique).
St-Pierre-du-Bû : pendage du grès armoricain.
St-Rémy-sur-Orne : Musée géologique "Les Fosses d'Enfer" de St-Rémy-sur-Orne (au Nord de Clécy), à l'emplacement d'anciennes mines de fer.
Thury-harcourt : Tranchée du Hom dans les schistes métamorphiques. Carte géographique.
geoportailportail : Voir le grand méandre de Thury-Harcourt
Google earth Pour voir le méandre de Thury avec Google earth, saisir : 48°59'37.78" -0°29'9.87". L'image obtenue sera centrée sur la tranchée du Hom.
Vaubadon : Carrière exploitant les schistes du Précambrien (Briovérien).
30-12-1775 : Tremblement de terre (Épicentre Caen et Hubert-Folie - VII MSK)

Lien externe : Sites géologiques remarquables

Vire donjonContact schistes  granite
GeoportailVire vu du ciel avec Géoportail. (En mode 3D vous pouvez saisir dans le formulaire : Vire 14). La carrière de schistes briovériens est bien visible à l'ouest de la ville. Les professeurs de SVT des environs (et toute autre personne curieuse) trouveront sous les fondations du donjon, le contact entre le granite et les schistes briovériens.

Le 30 décembre 1775, il y a eu, sur l'ensemble de l'actuel département du Calvados, un tremblement de terre d'intensité VII à l'épicentre situé aux environs de Caen. C'est le plus fort tremblement de terre connu en Basse-Normandie.
1845 : Découverte de Megalosaurus dans la pierre de Caen par le Suisse PICTET.

Bibliographie :
BIGOT A., Compte-rendu des excursions de la Société Géologique de France, 2. Le massif ancien de la Basse-Normandie, 1907.
DORÉ F., Guides géologiques régionaux, Masson, 1977.
LAMBERT Jérôme, Les tremblements de terre en France, BRGM, 1997.
SAN JUAN Guy et MANEUVRIER Jack, L'exploitation des roches dans le Calvados : Histoire et Archéologie, Éd. Couleurs Calvados,1999.

DANGEARD Louis, La Normandie, Hermann, 1951.

Reptiles marcheurs de l'Ère Secondaire :

Annuler

Matériaux, A. Marie-Cardine, Géographie du Calvados, Caen, éd. Chénel, 1873, p.27 : Dans le département du Calvados, les productions du règne minéral sont : 1) la pierre à chaux qu'on trouve dans les arrondissements de Caen, de Bayeux et de Falaise ; celle de Fontenay-le-Pesnel, de Hottot et de Villers-Bocage qui est particulièrement propre aux constructions hydrauliques ; 2) la pierre à bâtir, désignée sous le nom de pierre de taille ou carreau ; on la trouve à Allemagne, à la Maladrerie, à Ranville, près de Caen, à Aubigny, arrondissement de Falaise, et à Orival près de Creully ; 3) le granit, qu'on rencontre à la surface du sol dans le canton de St-Sever ; c'est la meilleure pierre à bâtir ; mais la taille et le transport le maintiennent à un prix élevé ; 4) les grès pour le pavage des villes et l'entretien des routes ; on les exploite à May, à Feuguerolles-sur-Orne, à Soumont-St-Quentin, à Clécy, à Jurques, à Livry et à Orbec ; 5) les ardoises qu'on exploite à Curcy, à la Bazoques, à Castillon, à Litteau et à Caumont : 6) la houille, dont la seulle mine exploitée est celle de Littry ; 7) les argiles avec lesquelles on fabrique des tuiles, des briques, des tuyaux de drainage et de la poterie ; 8) la marne, qu'on exploite comme engrais dans les arrondissements de Lisieux et de Pont-l'Evêque ; 9) la tourbe qu'on trouve dans les arrondissements de Caen, de Bayeux, de Falaise et de Lisieux ; 10) les eaux minérales ferrugineuses : les plus renommées sont celles de Brucourt, arrondissement de Pont-l'Evêque ; celles de Roques, près de Lisieux, et celles de Touffreville, canton de Troarn. Aujourd'hui, celles de Brucourt seules sont fréquentées.

Origine du nom du département (1789) : "L'adjectif inférieur ne plaisait pas. On écarta donc l'appellation d'Orne-Inférieure aussi bien que celle de Basse-Orne... Mademoiselle Delauney... proposait le nom d'un rocher, dit Calvados, situé près de la côte du Bessin... Le mot Calvados a d'abord été utilisé pour désigner non pas le rocher mais deux portions de la falaise entre Ste-Honorine-les-Pertes et St-Côme-de-Fresné... Calva dorsa c'est-à-dire les dos chauves." (René LEPELLEY, Noms de lieux de Normandie, Ed. Bonneton, 1999, p.121 à 124.)

Fossiles du département, Extrait de A. HUGO, La France pittoresque, éd. Delloye, 1835, tome 1, p.228 : "Les terrains du département renferme,t un grand nombre de fossiles organisés... On a découvert dans les carrières d'Allemagne et dans celles de Quilly des crocodiles fossiles. On a trouvé aussi des dents d'éléphants fossiles à Villers-sur-Mer... Mr De Roussel, professeur d'Histoire Naturelle de Caen, a reconnu, parmi les fossiles, des ossements d'hommes cumulés sous une pyrogue trouvée dans les fouilles du nouveau canal de l'Orne, une dent, un fémur, une omoplate d'éléphant, des os de brebis, des dents de morse, des vertèbres de cachalot, etc. Parmi les pétrifications quisont nombreuses dans certaines collines, on trouve des cornes d'Ammon, des belemnites, des buccardes, des peignes, des limes, des térébratules, des vermiculaires, des oursins et des polypiers."

Voir aussi Géologues normands et ouvrages anciens